bild01 Kopie
GropperBibl

Bibliothèque Paroissiale Saint-Clément, Kaldenkirchen, Allemagne © Frank Hagemann

Pour pouvoir estimer profondément la vie de Gropper, ses travaux et son œuvre ainsi que son importance pour la réforme de l'église catholique et l'impact de ses idées sur le Concile de Trente, il est tout à fait indispensable de regarder de près l'histoire contemporaine, de suivre le cours des réformes suite au Concile et considérer la mise en œuvre des décrets réformateurs après sa clôture en 1563. Ainsi, nous allons éditer quelques articles sur une variété de sujets qui n'auront pas forcément de rapports à Jean Gropper bien qu'ils traitent bien les effets du Concils au sens large du terme.

Le Concile ne fut point, comme l'aurait longtemps prétendu en particulier l'historiographie protestante du 19ème siècle, une simple réactions à la réformation, mais il était l'apogée aussi que le grand tournant d'un mouvement réformateur à l'intérieur de l'église catholique. Un mouvement qui aurait dominé tous les Conciles du Moyen Âge tardif ayant toujours revendiqué une réforme de l'église du fond au comble dont la nécessité se sera imposé peu à peu. Il faut entre autre rappeler le cinquième Concile du Latran qui se tenait de 1512 jusqu'à 1517. Quoi qu'il s'agît d'un Concile plutôt insignifiant, il eût quand même fait apparaître une forte volonté de réforme. Malgré la conviction de tous d'une application rapide des décrets, décrets et réformes susceptible à évoquer une vive opposition et dont la mise en place des réformes se sera aussitôt heurté à de graves résistances de la part de l'épiscopat germanique craignant que l'on n’empiétera sur les droits  et coutumes de l'église du Saint-Empire où les évêques furent aussi de princes souverains. En outre, le fragile équilibre du pouvoir entre chapîtres et épiscopat où les évêques se fussent engagés par serment à respecter les coutumes dans une soi-disant « Capitulation électorale », contrat écrit obligeant, une sorte de programme gouvernementale forcée pour assurer les droits respectifs. Outre cela, il avait de difficultés pratiques tel le manque de communication, le manque de prêtres, la mauvaise éducation du clergé et des conflits avec les gouvernements de états séculaires qui, en l'occurrence, voyaient dans la réforme un moyen opportun pour profiter de la richesse des couvents, des congrégations et des abbayes à travers de l'appropriation des biens ecclésiastiques ainsi que par moyen de la sécularisation des principautés ecclésiastiques, c'est à dire la transformation d'un fief ecclésiastique en un principauté séculière et héréditaire comme c'était le cas avec la Prusse étant d'abord fief ecclésiastique qui revenait de la souveraineté des Rois de Pologne sous la suzeraineté du Grand-maître de l'ordre teutonique. Ici, nous voulons retracer cet instant décisif et  houleux de l'histoire européenne en dépeignant les événements historique avec toutes ses ruptures et ses vicissitudes qui l'eussent marqué une époque qui ressemblait autant la nôtre.

© André & Frank Hagemann - Villa-Anemone.fr 2012